Label HQE pour l'UBA

La qualité environnementale au service de la qualité pharmaceutique

La conception de l’UBA, son intégration dans le site existant, les mesures de préservation d’énergie, la gestion de l’eau, le confort des collaborateurs sont autant de préoccupations qui ont été soigneusement étudiées avant la construction. Toutes ces mesures ont été prises en conciliant les exigences primordiales liées aux normes pharmaceutiques.

Au moment de la conception de l’UBA, le label HQE n’existait pas encore pour les bâtiments industriels et les laboratoires. L’UBA a contribué à la mise en place de cette certification.

« Nous souhaitions nous rapprocher le plus possible de la certification HQE, explique Olivier Cochet, directeur de la Biotechnologie Industrielle, mais comme ce label était encore au stade de projet, nous nous sommes adressés à Certivéa, l’organisme officiel français de certification ».

Le projet UBA a été classé officiellement « Opération Expérimentale » pour servir à la mise au point du référentiel de labellisation HQE pour le secteur industriel. Parti du modèle déjà labellisé des plates-formes logistiques, les équipes ont travaillé avec un cabinet d’étude spécialisé (Addenda) pour mettre en œuvre les exigences des 140 rubriques du référentiel HQE (réparti en 14 cibles) ou pour les adapter aux spécificités du bâtiment.

 

label HQE de l'UBA

 

Au total, la démarche a nécessité un engagement important des équipes. Des propositions ont été définies très précisément pour des domaines aussi variés que la mise en place d’une charte « chantier vert », la gestion de l’eau, la performance énergétique, l’utilisation de matériaux « écologiquement acceptables », la gestion des éclairages ou l’agencement des espaces verts.

 

Au global, sur les 14 cibles du référentiel HQE, l'UBA en obtient 11 au niveau "très performant". Les démarches constructives et les choix technologiques ont apporté des gains significatifs en terme de coûts de fonctionnement et de confort pour les collaborateurs du site.